Des epits-puits pour freiner l’avancée de la mer sur les côtes togolaises

 » nous prenons nous même des initiatives pour freiner l’avancée de la mer  » Muriel, une des victimes

Des milliers de personnes sont victimes de l’érosion côtière qui ronge les côtes togolaises. Les drames se font remarqués dans la localité de Doèvikopé et Gbodjomé. Les autorités sont inactives face à cette situation. Les populations décident de prendre leurs destins en mains. Elles commencent des activités par mettre du sable dans les sacs entourés de filet, entreposés le long du littoral, espérant freiner l’érosion. Mais aucun changement durant un bout de temps. Une autre stratégie a été adoptée : les épis-puits.

 Les épis-puits, une solution que la population de Gbodjomé a mise sur place pour protéger des maisons de l’ouest. Ces épis ont été fabriqués manuellement et empêchent les vagues de ruiner la plage. Elles sont en bétons et délimitent une barrière pour que l’eau ne puisse plus avancer. Cette méthode appliquée fonctionne convenablement pour l’instant. Mais cela nécessite assez de moyens pour qu’elle soit une solution à long terme.

« Les autorités ne font que des fausses promesses. Laissés à notre triste sort, nous prenons nous même des initiatives pour freiner l’avancée de la mer[…]nous construisons sur la plage de Gbodjomé, des épis-puits, remplis de bétons et cela empêchent les vagues de ruiner la plage »

Muriel

Nous vous suggérons de lire l’intégralité de l’article d’Hélène Doubidji publié par Togotopnews.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *